Conférences

SAMEDI 31 AOUT 2019

A 13 heures :  « Les collectionneurs privés de films et d’appareils de cinéma »

présentée Par Frédéric Rolland et Pascal Rigaud, collectionneurs, membres de l’ALICC et de l’Atelier du 7ème Art.

« Depuis les débuts du cinéma, il existe des collectionneurs d’appareils et de bobines.  Pascal Rigaud et sa collection de plus de 1 000 appareils tout comme Frédéric Rolland et ses 6000 films en argentique font partie de ceux que l’on pourrait appeler « Les Fondateurs » du patrimoine cinématographique. A travers leurs histoires, vous découvrirez comment d’amateurs ils sont devenus collectionneurs cinéphiles passionnés »

A 15 heures : «Transpalux ou L’histoire unique d’une idée lumineuse »

présentée par Didier Diaz directeur de Transpalux et Philippe Sanson, Historien de cinéma

« La fabuleuse histoire d’une entreprise familiale créée au lendemain de la seconde guerre mondiale par Jésus Diaz et son beau-frère René Felouzat. A seulement 17 ans, Didier Diaz, fils du premier, prend les rênes de l’entreprise, et devient sans conteste un personnage incontournable dans le paysage du cinéma français. A travers les décennies, depuis 1920 à nos jours, Didier Diaz et Philippe Sanson Historien technique du cinéma partageront avec vous l’histoire de Transpalux, une entreprise devenue leader sur le marché de la location de matériels d’éclairage et de groupes électrogènes insonorisés pour les tournages de cinéma et de télévision » 

 A 17 h 30 :  « Cheminer avec Ladislas Starewitch »

 présentée par Léona Béatrice Martin-Starewitch, petite fille de Ladislas Starewitch et François Martin

 « Ladislas Starewitch est né à Moscou en 1882, de parents polonais. Autodidacte, il s’adonne à la peinture, au dessin, au théâtre, à la photographie et surtout à l’entomologie. Durant les années 1910 il appartient au cinéma russe prolifique et novateur, avant d’émigrer en France à la fin de 1920 où il s’installe à Paris avec sa femme et ses deux enfants, Irène née en 1907 et Jeanne (Nina) née en 1913. 

Léona Béatrice Martin-Starewitch sa petite fille assistée de François Martin son époux, vous feront découvrir par quels chemins Ladislas Starewitch a conçu son cinéma. Par quels chemins nous emmène-t-il ? Chemins culturels, chemins imaginaires, chemin d’exils, chemins buissonniers… » 

A 19 heures : « L’énigme de l’Écran large » 

présentée par Rodrigue Vallet, Historien du cinéma

« Début des années Cinquante aux Etats-Unis : L’industrie cinématographique peine à lutter contre la télévision qui envahit les foyers d’une façon inquiétante. La solution : Elargir l’écran. Après plusieurs tentatives plus ou moins réussies, c’est finalement de France que va se dénouer le problème. Produit par la Fox en 1953, le film « La Tunique » sera le premier à être tourné en Cinémascope. » 

DIMANCHE 1er SEPTEMBRE 2019

A 14 heures : « Histoire des trucages et effets spéciaux au temps du cinéma muet »  

présentée par Julien Vallet et Hugues Namur de la S.A. Mikros

« A l’heure où les effets numériques sont devenus omniprésents dans les longs métrages, on oublierait volontiers que les trucages n’ont pas attendu les ordinateurs pour répondre à nos attentes d’exotisme ou de spectaculaire. Les effets spéciaux au cinéma sont aussi vieux que le cinéma lui-même, c’est Georges Méliès (1861 – 1938), qui en fut le père par « inadvertance ». Ray Harryhaussen (1920-2013) surnommé le « Titan des effets spéciaux » a créé la Dynamation, technique de combinaison de prises de vues réelles et de miniatures dans les années 1950. 

Julien Vallet et Hugues Namur vous aideront à comprendre l’histoire des trucages et effets spéciaux à l’époque du cinéma muet. »

A 16 heures : « L’adaptation littéraire au cinéma ou quand la littérature devient source d’inspiration   pour le 7e Art »

 présentée par Rodrigue Vallet, historien de cinéma

« Un livre, comique ou dramatique, une fable, une pièce de théâtre, voire une bande dessinée, ces créations sont l’objet d’une adaptation dès lors qu’elles doivent être transposées à l’écran. Les premiers adaptateurs sont le scénariste & le dialoguiste. Le cinéma a exalté les plus grands écrivains. Victor Hugo, Alexandre Dumas, Léon Tolstoï, ont vu ainsi leurs œuvres sublimées. »